BD Ethique Ados

 

 

LE VOYAGE, POUR NOUS, est un moyen et non une fin. C'est un outil formidable qu'il convient de mettre au service de l'éducation des jeunes. Aujourd'hui plus qu'hier, nous sommes sollicités par un tourisme parfois dévastateur qui impose des modèles affligeants et nivelle les comportements vers la médiocrité et le consumérisme. Notre responsabilité éducative est de faire Découvrir aux jeunes qui nous sont confiés que le voyage est source d'enrichissement personnel et collectif pourvu qu'il ne soit pas une simple déambulation. Il en va de leur ouverture d'esprit et d'une attitude plus réceptive et tolérante, qui, nous en avons la conviction, les prépareront mieux au bonheur individuel et collectif. L'adolescence est un âge de découverte, sachons en faire un âge d'apprentissage du respect des autres.

 

NOTRE OBJECTIF CENTRAL, c'est de "faire grandir" les adolescents. Nous nous situons résolument comme des partenaires pédagogues au côté des parents, pour que les valeurs que nous défendons ensemble aident chaque jeune à se structurer et se préparer à la vie d'adulte. Nos séjours, quelle que soit la destination retenue, auront donc un fond éducatif commun : nous recherchons une qualité de la vie de groupe dans un rapport harmonieux (sans violence) où chacun puisse se sentir utile aux autres, et indispensable à la réussite collective.

 

Cela passe par l'APPRENTISSAGE des règles de vie quotidienne. Où l'on fait soi-même les choses, chacun à sa place, et dans le souci d'une égalité de droit et de devoir (cuisine, vaisselle, courses et gestion de l'argent collectif). Cela passe aussi par l'apprentissage de la vie citoyenne où l'on discute des problèmes rencontrés, où l'on cherche et trouve ensemble les solutions que l'on mettra en ouvre aussitôt. Grandir, c'est réfléchir, organiser ses pensées et mettre en pratique les décisions négociées dans le groupe. Grandir, c'est vouloir prendre place dans la société, même imparfaite, pour la rendre meilleure.

 

LE RESPECT est le gage d'une meilleure rencontre. L'un des attraits du voyage tient à la diversité des peuples et des cultures rencontrés. Or, chaque culture, religion et mode de vie est soumise à des règles et à des traditions qu'il convient de respecter et de comprendre, plutôt que de juger. Le voyage ne se conçoit pas sans respect et humilité vis-à-vis des personnes, des biens, de la culture et du mode de vie du pays visité. Ce respect se traduit par des attitudes simples, au jour le jour. Chaque pays vit selon un rythme qui lui est propre. Dans certains cas, la hôte et l'impatience ne sont pas les meilleurs moyens de s'attirer la sympathie. Les tenues trop moulantes, trop dénudées, trop ostentatoires ou trop décontractées sont susceptibles de choquer. Une bonne photo se fait avec son sujet, pas contre lui. Les photographes ont tout à gagner à prendre le temps d'établir un climat de confiance, à demander l'autorisation de filmer ou de photographier.

 

L'ARGENT, LES BIENS, LA NOURRITURE, n'ont pas partout la même valeur. La différence de niveau de vie entre le voyageur et la population du pays d'accueil, lorsqu'elle existe, peut être à l'origine d'incompréhensions et de dérives. Être accueilli dans un village ou une famille équivaut dans certains cas à un grand sacrifice pour les populations locales. Ce qui est offert au voyageur, tout comme ce qu'il offre, doit être mesuré en valeur locale. Dons et cadeaux ne sont pas des gestes innocents. Ils peuvent parfois prendre une connotation condescendante, méprisante ou déplacée (jeter par exemple des pièces ou des bonbons à des enfants afin de s'en débarrasser.). Les cadeaux, dons et pourboires trop importants compte tenu du niveau de vie général du pays visité déstabilisent les équilibres économiques locaux. Utiliser les hôtels locaux plutôt que les chaines hôtelières d'état ou étrangères, les transports locaux, les services rémunérés des populations locales (guides, cuisiniers, muletiers, porteurs, ménage.) est souvent le meilleur moyen de les faire bénéficier directement de l'argent du tourisme. Le marchandage fait culturellement partie de la tradition commerciale de certains pays. S'y refuser est souvent mal interprété et peut contribuer à l'augmentation du coût de la vie. En revanche, il ne faut pas oublier que des sommes dérisoires pour le visiteur peuvent être d'une grande importance pour celui qui les reçoit.

 

Seule reste L'EMPREINTE DE NOS PAS. L'espace naturel et les sites culturels sont souvent les principales richesses touristiques d'un pays et la première motivation des voyageurs qui s'y rendent. Les voyageurs ont une responsabilité vis-à-vis de l'environnement du pays d'accueil. Les voyageurs se doivent d'éviter de laisser derrière eux leurs déchets, quels qu'ils soient. Il est préférable dans certaines régions d'utiliser du gaz ou d'autres moyens de combustion peu consommateurs de bois pour faire sa cuisine. Les feux de camps sont parfois impossibles sans mettre en danger la nature. Il est important de respecter les réglementations en vigueur dans les Réserves ou Parcs naturels. Payer les taxes d'entrées ou de séjour permet la conservation et la préservation des sites. Certains "souvenirs" qui font partie du patrimoine naturel du pays d'accueil ne doivent pas quitter celui-ci. Les graffitis ou autres traces sont des mutilations souvent ineffaçables (gravures dans les arbres). L'eau potable est parfois une denrée rare qu'il faut utiliser avec parcimonie et éviter de polluer. Les voyageurs doivent préférer autant que possible les lessives sans phosphates, les savons et détergents biodégradables, faire leurs lessives et toilette en aval des habitations et à distance des points d'eau potable.

 

Epilogue. Par notre présence, nous pouvons apporter de l'argent, utile au développement de certaines régions du monde. Par notre 'sans-gène', notre naïveté ou nos maladresses nous pouvons également provoquer des dégàts irrémédiables. L'une des clefs essentielles pour pallier cela est simple : s'informer. Nous croyons qu'il n'y a pas de bons ou de mauvais voyageurs, mais seulement des gens mal informés.